EN QUÊTE DU ZÉRO DÉCHET LIFESTYLE 10 juin 2020

Zéro déchet : Mes actions au quotidien

Pour terminer cette introduction zéro déchet, je souhaitais vous partager mon retour d’expérience sur cette démarche. Vous écrire un article sur mes changements et actions au quotidien. Comme vous le savez, cela fait déjà deux ans que chaque jour, nous apportons des changements dans notre vie. Nous sommes tous les deux, dans une optique écologique, économique, minimalisme et responsable. Rien n’est encore parfait, il nous reste du chemin à parcourir. Néanmoins, le but n’est pas de s’imposer des changements drastiques et de se priver. Parfois, nous craquons et c’est totalement humain. Nous avons qu’une seule vie, alors tâchons d’en profiter toujours dans le respect de soi et de la nature. Après ces deux années, le bilan est plus que positif ! En plus des remaniements bénéfiques pour la planète, nous pouvons, vous assurer qu’elles le sont également pour nous ainsi que pour notre porte-monnaie.

D’où provient ce déclic ? Pourquoi tendre vers cette transition ?

Avec mon frère, nous avons été sensibilisés à consommer moins, mais bien ! Nos parents nous ont éduqués au non-gaspillage et au respect de la nature. Dans ma famille, nous privilégions le fait maison, les fruits et légumes de saison. Mais la première fois que j’ai entendu ce mode de vie, c’était au travail avec mes deux amies ! Nous suivions les conseils de Manon Lecor et on s’est lancé dans cette aventure. Ce choix de vie, je ne le regrette pas bien au contraire ! Quand je vois tous les déchets dans les océans, les lacs, les parcs et les rues, il devient urgent de réagir. Alors, le zéro-déchet est à la fois une prise de conscience et une continuité dans l’éducation de mes parents. J’ai d’ailleurs de la chance d’avoir un conjoint qui me suit toujours dans mes projets et mes choix de vies.

Les raisons qui m’ont poussé à tendre vers ce mode de vie sont diverses et peuvent vous concerner. Pourquoi ? Tous simplement pour ces 4 points essentiels : la santé, l’environnement, l’humain et le porte-monnaie.

Mes actions au quotidien #mygreenactionchallenge

1 . Régime fléxitarien

Je vous en avais déjà parlé sur instagram sur mon choix de ce régime alimentaire. Je mange de tout : que ce soient des aliments d’origine animale ou végétale. Je mange en toute conscience et en quantité raisonnée. Je privilégie aussi bien le plaisir que la qualité. Je consomme toujours des aliments de saison, locaux, et variés. Depuis l’année dernière, j’ai énormément réduit ma consommation de viande. Je n’en consomme plus à la maison. En revanche, je n’impose pas mes choix, il m’arrive donc d’en consommer lorsque je suis conviée. Alors, même si c’est occasionnellement, je suis flexitarienne et non-végétarienne.

2. No plastic

Bien avant de me lancer dans le zéro déchet, j’avais cessé de consommer de l’eau en bouteille. Lors de mes ballades, je privilégiais déjà ma petite gourde. En revanche, je suis une grande consommatrice d’eau gazeuse, alors la sodastream était un achat plus qu’intéressant. Depuis, je peux de nouveau me faire plaisir sans gaspiller du plastique.

Petit conseil : pensez à apporter vos bouteilles de gaz vide en boutique. Vous bénéficierez d’un bon d’achat de 20 €. Une fois qu’elles sont récupérées, ils rajoutent de nouveau du gaz et les remettent sur le marché. Ce qui est tout à fait dans la continuité du recyclage.

3. Consommer localement, de saison et en vrac

Pendant mon enfance, ma maman a toujours privilégié les légumes et fruits récoltés en France dès qu’elle le pouvait. Puis nous avions aussi, l’habitude d’aller faire le marché, aller à la ferme ou parfois même faire des sortie dans les fermes cueillettes. Alors je ne pouvais que suivre ses pas.Je continu de me rendre sur les marchés, dans les fermes. Je cherche toujours à consommer et faire vivre les artisans, les agriculteurs du coin. Le seul changement que j’ai dû apporter dans mon quotidien, c’est d’acheter en vrac. Je limite les emballages en achetant de nombreux aliments en vrac comme les pâtes, le riz, les graines, les céréales, les légumes etc. Lors de mes courses, j’apporte mes petits sachets en tissu ou mes bocaux que je remplis.

4. Fabriquer mes cosmétiques et produits ménager maisons

Depuis janvier 2018, j’utilise mon shampoing solide maison. J’ai également concocté des déodorants, de l’hydrolat, du mâcérat huileux, de la crème, du baume à lèvre, du dentifrice et tant d’autres choses. Pour les produits ménagers, je nettoie la maison qu’à base de vinaigre blanc que je fais macérer avec des agrumes ou de la lavande. Je confectionne également mes pastilles effervescente pour les toilettes, ma lessive, et mon adoucissant. De temps en temps, j’alterne avec une lessive que j’achète en vrac à la boutique Ô bocal à Nantes. J’ai déjà fabriqué un cake vaisselle et du liquide vaisselle. Mais lorsque je manque de temps, je cours à ma boutique en vrac fétiche pour remplir mes anciens contenants.

5. Achats durables, utiles et de secondes mains #nofastfashion

Pendant mon adolescence, j’adorais faire les boutiques et m’acheter beaucoup de vêtements. Aujourd’hui, à chaque achat, je le vois comme un investissement sur le long terme que ce soit pour les meubles, l’électroménager, et les vêtements. Je privilégie la qualité à la quantité. Puis, l’avantage de faire moins d’1m50, c’est que je porte encore mes vêtements du lycée. Il faut le voir comme un atout, puisque les styles vestimentaires reviennent toujours à la mode… Les vêtements que je ne souhaite plus porter, je leur donne une seconde vie en les donnant à mon entourage ou à des associations. Les vêtements abîmés ou troués, je les recycle ou je l’ai converti en chiffons. Quand je souhaite me faire plaisir avec une nouveauté dans mon placard, je privilégie les sites comme vinted ou les friperies. Le seconde main est le meilleur des choix pour adopter un dressing minimaliste. En réalité, nous avons toujours tendance à porter les mêmes vêtements.

6. Recycler, trier et composter

Depuis quelques semaines, nous avons adopté dans notre quotidien un composte d’appartement. À vrai dire, il est temps ! Nos déchets étaient principalement végétaux. Acheter en vrac permet de réduire en grand nombre les déchets. Il nous reste encore des efforts, car parfois, j’achète des aliments en bocaux en verre. Mais je garde tous les pots. Soit pour en faire des confitures, stocker de la nourriture ou les déposer à une boutique en vrac.

Quel bilan après plus de deux-ans ?

Il reste encore beaucoup de chemin à faire. Mais petit à petit, j’avance, en prenant le temps tout en m’engageant d’avantage dans le long terme. Ça m’apporte que du positif. Notre cuisine est pratiquement zéro déchet (hormis quelques produits, quand on veut se faire plaisir). Concernant, ma salle de bain, celle-ci était totalement zéro déchet jusqu’à janvier. Depuis 3 ans je n’avais plus rien fait à mes cheveux, mais depuis quelques années, j’avais envie de me lancer et tester un blond polaire. Alors certes ce n’est pas zéro déchet, mais j’avais envie de me faire plaisir et c’était le moment de me lancer. Pour le coup, j’ai dû acheté un shampoing spécial mais une amie (coucou Enora si tu passes par là) m’a dit que les savons de Joya faisait un shampoing solide spécialement pour cette couleur ! Alors prochain achat ça sera celui-ci. D’ailleurs, je vous mets le lien juste ici, si vous aussi avez cette couleur de cheveux.

Vous l’aurez compris ce mode de vie me colle à la peau. En revanche, il est parfois difficile à faire accepter à son entourage. Du moins, les personnes qui vous entourent ne comprennent pas forcément vos choix et surtout peuvent rester sur des a priori ou des stéréotypes. Mais ne lâchez rien, personne ne doit juger la vie d’autrui. Et surtout quoique vous fassiez dites vous qu’il y aura toujours des personnes qui auront des choses à redire sur vos choix de vie, votre façon d’être, ou encore vos dires. Alors, vivez comme bon vous semble, sans faire attention au regard et au jugement d’autrui.

Cet article vous a plu ? Vous pouvez l’épingler sur Pinterest pour le garder sous la main.

You Might Also Like

Leave a Reply